Brian Matiash

Photographe de voyage et de paysages et auteur

Brian Matiash est spécialisé dans la photographie de paysages et de voyage et a passé une grande partie de la décennie à éduquer et à inspirer les photographes du monde entier grâce à ses tutoriels, à ses vidéos et à ses histoires. Il est associé à certaines des meilleures sociétés de photographie du monde qui sont vitales dans son flux de travail photographique. Il fait partie des Sony Artisans of Imagery (artisans photographiques de Sony) et des Zeiss Lens Ambassadors (ambassadeurs des objectifs Zeiss).

"« Je dépends énormément de mon appareil photo, de mes objectifs et de mes filtres pour faire naître ma vision créative dans mes photos et vidéos. G-Technology m’est indispensable pour garantir que ces photos et vidéos sont toujours accessibles et protégées, où que je me trouve dans le monde. »"

Une vision différente

"« Je ne souhaite pas construire ma marque sur cette image de photographe surréaliste et daltonien. »"

Son vœu fut exaucé. Pourtant, on ne peut pas regarder la galerie de Brian Matiash, photographe de Portland (Oregon), sans remarquer quelque chose… de différent. La texture des paysages se ressent presque à travers ses photos. Les images suivent la direction de la nature et illustrent subtilement comment les artifices humains font écho à un paysage plus grand. Tandis que son travail sur les couleurs fascine, il y a quelque chose de décalé, peut-être même de fantastique, comme s’il s’était contraint intentionnellement à l’utilisation de deux teintes seulement afin de concentrer l’attention sur la forme et le ressenti.

Brian ne peut voir le vert ou le rouge, il ne peut différencier ces deux couleurs. Il photographie rarement des personnes, car il lui est difficile de rendre la véritable couleur de peau. En fait, en tant que gamer autoproclamé et accro à l’informatique au lycée, Brian ne s’intéressa à la photo qu’une fois à l’université. Puis il rencontra un problème plus grand encore que le daltonisme : la peur de la séparation. À quatre heures de sa Brooklyn natale, Brian rejoignit l’Université de Syracuse et fit face à une terreur qu’il ne savait pas latente en lui.

Un ami lui donna un appareil photo. À l’instar de nombreux créatifs aujourd’hui, l’appareil photo lui offrit une barrière contre le monde extérieur, une protection rare et indispensable. Trop timide pour photographier des personnes, Brian se pencha sur les bâtiments et cette orientation restrictive sur l’architecture apporta peut-être un peu de réconfort et de quiétude à ce garçon qui grandit au milieu d’immenses bâtiments de métal, de brique et de béton. C’était assez pour que les prémices d’une carrière dans la photographie voient le jour.

Commerce et stockage

Il y a un bout de chemin entre Brooklyn et Portland, et pendant ce voyage, Brian changea d’orientation, passant de l’architecture aux paysages et au voyage. D’aucuns découvrent avec surprise qu’il n’avait jamais dormi dans une tente avant la trentaine. Ces deux dernières années, raconte-t-il, il voyagea plus qu’au cours de toute sa vie.

Au cours de cette transition, Brian apprit les ficelles du métier de professionnel de la création, en partie en travaillant pour des entreprises telles que ON1, Google et Sony. En visitant sa boutique en ligne, on découvre non seulement la possibilité habituelle de commander des impressions, mais également ses propres e-books, ses configurations et ses packs de textures, ainsi que du matériel pédagogique pour la retouche et le flux de travail en photo. Il comprend la valeur des revenus résiduels tout comme celle des partenariats équitables et fiables. Selon Brian, l’un de ses partenariats les plus stratégiques est celui qu’il a noué avec son fournisseur de stockage.

"« Tout le monde se concentre sur les appareils photo et les objectifs », explique-t-il, « en disant "Wahou, c’est un 42 mégapixels avec plage dynamique et un objectif avec ouverture jusqu’à 1,2 !". Et c’est super pour prendre une excellente photo. Mais personne ne se concentre vraiment sur ce qu’il advient après la prise de vue, quand arrive le moment de la stocker. C’est même sans doute plus important que l’appareil photo. Si vous ne disposez pas de stockage fiable pour vos photos, vous êtes fichu. Vous pouvez avoir l’appareil photo le plus incroyable au monde, vos photos courent toujours le risque d’être corrompues ou perdues. »"

Ceux qui suivent Brian connaissent ses grandes difficultés en termes de stockage et la méthodologie qui l’a sauvé de désastres à répétition. Dans son blog, il définit les cinq éléments vitaux pour sa stratégie de stockage :

1. "J’ai besoin d’une solution de stockage évolutive pour contenir mon catalogue complet de photos et de vidéos et qui puisse suivre mes besoins croissants."

2. "J’ai besoin d’un appareil de stockage qui puisse prendre en charge le port le plus rapide de mon ordinateur. Dans le cas présent, le Thunderbolt 2."

3. "J’ai besoin que mon stockage intègre des sécurités pour protéger mes données des pannes de disque dur."

4. "J’ai besoin d’une sauvegarde rapide et fiable sur site et en miroir pour l’ensemble de mes photos et vidéos."

5. "J’ai besoin d’avoir un accès direct à une copie locale hors site de ma bibliothèque avec une perte de sauvegarde incrémentielle inférieure à deux semaines."

Il avait le matériel et un plan et seul le plan a pu le sauver quand le matériel lui a fait défaut. Entre 2010 et 2014, Brian fit pas moins de 21 demandes d’assistance auprès de son fournisseur de stockage et finit par atteindre un point de non-retour. Sur les conseils de ses camarades photographes et les avis exposés sur les réseaux sociaux, Brian se mit à explorer les solutions de stockage puissantes de G-Technology. Cette exploration ouvrit les portes à un dialogue qui amena en fin de compte Brian à trouver sa place au sein de la G-TEAM, mais surtout à migrer son flux de travail complet vers les solutions G-Technology.

Désormais, la photographie de Brian s’articule autour de deux flux de travail : l’un pour la maison et l’autre pour les voyages. Pour les tournages locaux, il apporte ses cartes SD à son bureau. En travaillant avec Chronosync sur son Mac Pro®, il sauvegarde tous ses fichiers sur deux disques G-SPEED® Studios de 16 To par G-Technology, un pour la production et l’autre pour la sauvegarde sur site. Pour récupérer les modifications suivantes réalisées pendant l’édition et la production, une sauvegarde incrémentielle à 2 h du matin est effectuée sur les deux disques G-SPEED Studios tous les jours. Juste à côté, un voisin amical qui dispose d’un gigantesque abri anti-feu et anti-bombe laisse Brian réaliser des sauvegardes incrémentielles toutes les deux semaines sur un disque G-RAID® de 16 To en prévision de toute catastrophe physique. Pendant un temps, il envisagea une sauvegarde dans le Cloud plutôt que sur disque G-RAID, mais il décida finalement que dans l’éventualité d’une catastrophe, « cela lui prendrait un an pour télécharger toutes les photos depuis le Cloud, pas une véritable solution en-soi. »"

Pour voyager, Brian possède deux disques G-DRIVE® ev SSD de 500 Go, chacun équipé par un boîtier ev All-Terrain Case (ATC). Il ne stocke pas de photos sur son ordinateur portable, il préfère la résistance, la performance et la praticité supérieures des solutions portables G-Technology. Pour son travail à la maison, un disque G-DRIVE ev SSD sert de disque de production mobile tandis que l’autre fait office de disque de sauvegarde. À nouveau, Chronosync participe à mettre à jour les sauvegardes incrémentielles avant d’aller au lit. En journée, il conserve son disque de sauvegarde dans le coffre-fort d’un hôtel, ou, si besoin dans des régions moins développées, sous clé dans un sac qui est lui-même cadenassé à un tuyau.

Une fois de retour à la maison, Brian retire les disques G-DRIVE ev SSD de leur boîtier ATC pour les placer dans un boîtier G-DOCK ev® sur son bureau. Ainsi, il copie les données du ev SSD sur son G-SPEED Studios. Il indique que l’une des multiples raisons pour lesquelles il aime les G-DOCK ev est la grande aisance avec laquelle il peut réaliser des comparaisons de volumes pour garantir qu’aucune donnée n’est corrompue. Avouant son côté obsessif, il aime également « l’élégance » de la solution lorsqu’il relie son G-DOCK et son G-SPEED Studio en n’utilisant qu’un seul câble de données et un seul port sur le système. C’est seulement après avoir réalisé la sauvegarde incrémentielle du G-RAID gardé par son voisin que Brian efface ses disques de voyage pour les réutiliser.

Pour Brian, ce flux de stockage est critique pour la viabilité de ses affaires. Tout comme de nombreux autres professionnels, il a connu des jours où seule la sauvegarde de son disque tombé en panne lui permit de préserver les données de ses clients. Il indique avec beaucoup d’insistance : « Si je n’avais pas de sauvegarde, j’aurais eu de graves problèmes. »" Un stockage fiable lui permet de dormir sur ses deux oreilles et de protéger le fruit d’un travail irremplaçable de plusieurs années.

"« Dernièrement, j’ai lu un article qui exposait les 19 raisons d’échec des photographes », dit-il. "« En troisième position, ils écrivaient "Vous vous considérez comme un photographe avant tout et pas comme un homme ou une femme d’affaires". C’est faux. Il aurait fallu lui donner la première place. »"

Brian - Femme avec des bâtons
Brian - Alien
Brian - Littoral
Brina - Fillette

Une vision différente

À moins d’une heure de sa maison de Portland, Brian Matiash peut se tenir face à certaines des nombreuses chutes d’eau époustouflantes de l’Oregon. Au fil des années, il en a immortalisé plusieurs sous différents angles. Au cours de ses ateliers, il dit à ses étudiants de commencer ce genre d’excursions par les prises de vue évidentes, de haut en bas, pour tenter le coup, comme les touristes font. « Mais une fois cette image standard prise, on fait quoi ?

"C’est là que vous commencez à vous dépasser », explique-t-il. "« Car on pourrait se tenir côte à côte pour prendre la même photo. Mais il y a toujours une variable que personne ne peut copier : vous. En tant que professionnel en herbe, c’est quelque chose sur lequel vous devez vous concentrer et auquel il faut vous accrocher. C’est là que votre style, votre colle créative, se formera. »"

Regardez sa photo d’Abiqua Falls. Alors que de nombreux photographes ont placé leur appareil au même endroit ou presque que Brian, aucun ne transmet ce sentiment troublant d’une texture quelque peu sombre, étendue et rocailleuse. Brian comprend la valeur d’une perspective différente.

Par exemple, il avoue que de nombreuses personnes, y compris des aspirants professionnels qui devraient être au courant, achètent leurs solutions de stockage en fonction du prix et de leur disponibilité dans le rayon, tout comme il le faisait. Il admet qu’il utilisait des disques durs bons marchés et grand public dans ses boîtiers. C’est seulement en se débrouillant avec ses 21 bons de service qu’il comprit la signification de « disque dur de qualité professionnelle » et pourquoi trouver le bon partenaire de stockage peut être aussi important. L’un des facteurs qui ont conduit Brian vers la gamme Studio de G-Technology, c’est l’insistance de l’entreprise à ne les doter que de disques de qualité professionnelle. À l’heure actuelle, indique-t-il, il n’a jamais eu besoin de chercher de l’aide depuis que ces disques lui ont été livrés.

"« Avant, je pensais toujours "J’ai besoin de disques durs !" Mais tout ce que ça m’a valu, c’est de la frustration, de l’anxiété, une grande perte de temps et une leçon. Vous savez ce que c’est, cette leçon ? Vous savez ce pour quoi vous payez. Vraiment. Dans l’idéal, il faut changer de perspective et vous en rendre compte… avant que le temps et l’expérience ne vous forcent à voir la réalité en face. »"

Les membres G-Team, spécialisés dans leur domaine respectif, utilisent les produits G-Technology au quotidien. Les membres G-Team reçoivent une contrepartie pour leur participation.

Les disques durs externes G-Technology font partie intégrante de la stratégie de sauvegarde globale. Il est conseillé aux utilisateurs de garder deux copies ou plus de leurs fichiers les plus importants, sauvegardées ou stockées sur des appareils ou des services en ligne différents.

Plus d’ambassadeurs de la G-TEAM